Le fauvisme : un attachement à la couleur et aux teintes éclatantes

Le fauvisme ou la rage des couleurs est un mouvement artistique tout comme l’impressionnisme ou le cubisme. Il s’agit d’une peinture qui s’attache spécialement au travail de la couleur. Ce n’est pas difficile du tout d’identifier cette œuvre grâce à l’utilisation de grandes surfaces de couleurs aux teintes éclatantes. Les images figuratives raidissent par la simplification des formes. Mais quels sont les principes du Fauvisme ? Quelle est l’évolution de ce mouvement ? Cet article répond à ces questions, mais avant, on va parler de son histoire.

L’historique du Fauvisme

Le Fauvisme a été inventé par Henri Matisse. En 1904, Paul Signac enseigne Henri Matisse les principes du néo-impressionnisme et la division de la couleur. C’est de là que le fauvisme a vu le jour. Grâce à cet enseignement, Matisse tire une admiration pour l’emploi de la couleur. Il a fait part de son enthousiasme à son ami André Derain pendant l’été qu’ils ont passé ensemble, en 1905 dans le Sud de la France. Puis, il a commencé à exposer ses œuvres au Salon d’Automne de 1905. C’est à ce moment que le mot Fauve ou Fauvisme apparaisse. Le vocable « fauve » peut refléter l’aspect nature, libre, à peu près sauvage en termes d’utilisation de la couleur.

Quels sont les principes du Fauvisme ?

Pour les Fauves, la couleur est plus importante que le dessin ou la réalité. Cette manière de considérer la peinture sera un point fixe pour Matisse pour ses œuvres. Dans une œuvre de fauvisme, les couleurs sont très vives, aggravées et ne se mélangent pas ou si se mélangent entre elles sur la palette, c’est juste un tout petit peu. À l’époque, cette manière de peindre est non communale et vexante, car l’œuvre ne suit plus la réalité. La couleur est usée sans accommodement, avec force. L’utilisation des couleurs est injuste : la peau peut ainsi être verte ou l’arbre rouge, les visages sont parés de couleurs vives bien loin du concept traditionnel de l’époque. La plupart des tableaux fauvistes exposent un travail de simplification des formes, mais la touche dépend de l’artiste qui effectue l’art.

L’évolution de fauvisme

Comme le fauvisme, le cubisme était également courant de la même période. Pourtant, le cubisme est généralement exposé comme LE premier œuvre design du 20e siècle. À l’inverse, le fauvisme est jugé comme un courant artistique démodé. Pourtant, la façon de penser du Fauvisme d’aujourd’hui en termes de peinture est différente. Il est considéré comme un des derniers âges d’or de l’ère moderne grâce à ses couleurs vives et pures ainsi que sa puissante dynamique.

La fascination des machines et de la vitesse dans le futurisme
Dans l’inconscient et l’interprétation des rêves du surréalisme