Les différentes techniques de peinture aquarelle

peinture aquarelle

Pour un amateur de loisirs créatifs, l’aquarelle est une activité parfaite pour se détendre. Très accessible, elle permet aussi bien aux débutants qu’aux plus expérimentés, et même aux plus jeunes de réaliser de jolis dessins. Cependant, pour obtenir les meilleurs résultats possibles, il est important de connaître les différentes techniques de peinture aquarelle.

La technique sèche ou “mouillé sur sec”

La technique de l’aquarelle sèche consiste à utiliser un pinceau mouillé pour peindre sur du papier sec. C’est la méthode la plus facile, car l’absence d’eau sur le papier permet d’avoir une meilleure maîtrise de la peinture. La technique “mouillé sur sec” permet de peindre plus de détails. En effet, puisque les couleurs ne bougent pas, les contours des dessins sont nets et précis. Cette technique est donc l’idéal pour dessiner un premier plan afin d’augmenter l’impression de proximité de l’objet peint ou pour réaliser un carnet de voyage. Par ailleurs, la technique sèche permet d’ajouter, à l’aide d’un feutre aquarelle ou d’un pinceau à pointe fine, des détails à une aquarelle peinte en technique humide. En outre, pour créer du blanc avec cette technique, il suffit de laisser des espaces vides.

Comment réaliser une aquarelle en technique “mouillé sur sec” ?

Trempez votre pinceau dans le gobelet d’eau dédié à cet usage. Ensuite, servez-vous-en pour prélever de la peinture dans le godet puis commencez à peindre sur le papier. Il faut noter que plus votre pinceau sera imbibé d’eau, plus votre couleur sera clair. Par ailleurs, certains artistes préfèrent créer leur propre nuancier. Dans ce cas, il est recommandé de composer préalablement ses couleurs. De plus, avant de prélever une nouvelle couleur, il est impératif de nettoyer vos pinceaux au risque de salir le godet. Pour obtenir des couleurs plus foncées, il suffit de peindre plusieurs couches jusqu’à obtenir la teinte voulue. Cette technique d’application est appelée le glacis. Néanmoins, il faudra veiller à ce que la première couche de peinture sèche avant d’en appliquer une deuxième.

Il est possible d’éclaircir une peinture trop foncée avec du papier absorbant et de l’eau sans pigments de peinture. Attention toutefois à la création d’auréoles, ce qui pourrait ruiner votre œuvre d’art. Avec la technique sèche, les risques d’abîmer le papier ou de le voir se gondoler sont moins élevés. Toutefois, pour de meilleurs résultats, il est préférable d’utiliser du papier aquarelle plutôt que du papier à dessin.

La technique humide ou “mouillé sur mouillé”

La technique humide est une technique propre à l’aquarelle. Elle consiste à faire de la peinture à l’aquarelle sur un papier humide. En pratique, pour peindre en technique humide, vous devez préalablement mouillé le papier à dessin à l’aide d’un pinceau ou d’une éponge gorgée d’eau. La technique “mouillé sur mouillé” est plus difficile à appréhender que la technique sèche. En effet, puisque que le papier est humide, les pigments se dispersent, les couleurs fondent entre elles et les contours sont flous. La technique humide est utilisée pour créer un lavis de couleurs transparentes. Il s’agit par ailleurs de la technique idéale pour peindre un fond ou un arrière-plan. En effet, un objet ou un dessin avec des contours flous donnent l’illusion d’être plus éloigné. Cette technique sert généralement à peindre le ciel, la pluie, la mer, etc.

Comment réaliser une aquarelle en technique “mouillé sur mouillé” ?

La technique humide est assez complexe. D’abord, il est impératif que le papier utilisé soit adapté, notamment du papier aquarelle d’un grammage minimum de 300 g/m². Il peut être en feuilles ou en bloc encollé sur les côtés. Ensuite, pour un meilleur rendu, il est recommandé d’utiliser du papier aquarelle 100 % coton. Cependant, l’étape la plus complexe de la technique “mouillé sur mouillé” est la gestion de l’eau. En effet, il est possible de mouiller partiellement ou entièrement le papier. Toute dépend de ce que vous recherchez. En outre, plus le papier sera sec, moins vous aurez de difficultés à maîtriser la peinture. Toutefois, elle sera moins diffuse. Par conséquent, si vous recherchez une couleur très diffuse, vous allez devoir travailler rapidement.

Pour éviter la formation d’auréoles, il est préconisé d’utiliser très peu d’eau pour mouiller votre pinceau. Pour les mêmes raisons, tant que votre peinture n’est pas totalement sèche vous devez éviter de passer à plusieurs reprises au même endroit avec votre pinceau mouillé. Sachez que la gestion des couleurs et de l’eau s’apprend avec le temps et la pratique. De plus, ne vous attendez pas à créer des œuvres d’art dès le premier essai.

Pour réserver des zones blanches avec la technique “mouillé sur mouillé”, vous aurez besoin de drawing gum. Il faudra toutefois penser à appliquer le liquide de masquage avant de mouiller le papier. Vous pouvez également retirer de la peinture avec un pinceau à poils durs humidifié avec de l’eau sans pigments (si la peinture est déjà sèche) ou avec du papier absorbant ou encore peindre des détails en blanc avec de l’encre blanche, de l’acrylique ou de la gouache.

Comment certifier l’authenticité d’une œuvre d’art ?
Trouver un studio de tatouage à Paris