Les différents types d’arts enregistrés comme étant l’art des rues

São Paulo jouit, déjà, d’une renommée internationale pour l’art de rue qui s’est répandu dans divers endroits, de la ville. Les couleurs des graffitis et autres interventions urbaines qui, d’une certaine manière, apportent une nouvelle perspective à l’environnement turbulent et hostile de la ville étaient la motivation de la rédactrice et traductrice Claudia Cavalcanti et de l’administrateur commercial Marco Carvalho. Ce mouvement artistique les a conduits à créer, il y a un mois, olho na rua sp. Il s’agit d’un projet de diffusion de l’art de rue sur les réseaux sociaux, avec l’intention de transmettre ce que les yeux inattentifs ne peuvent, souvent, pas observer dans le paysage tumultueux de la métropole.

Dans une interview exclusive pour le portail NAMU, Claudia et Marco exposent leurs opinions sur la relation entre la ville grise et ce monstre de béton avec le street art.

Quelle est la principale motivation pour réaliser ce “garimpo” d’art dans les rues de la ville de São Paulo ?

Claudia Cavalcanti – J’ai l’habitude de dire que je vis dans une ville appelée Pinheiros. Avec mon œil sur la rue SP, la motivation pour connaître davantage la ville est énorme. Le stimulus est encore plus grand, car je peux montrer ce que je vois autour de moi. En outre, j’aime photographier et marcher.

CC – Il est clair que São Paulo est une ville hostile. Elle est polluée, le trafic est gênant, les gens sont stressés. L’intervention artistique, dans la ville, est importante non seulement pour donner un peu plus d’humanité à notre vie quotidienne, mais c’est aussi une façon de s’approprier la ville par ses habitants. Il est bien plus agréable de vivre avec l’art que sans.

MC – Sans aucun doute, nous aurions une ville plus heureuse si nous échangions le gris contre le rouge, le bleu, le jaune, etc. Chaque intervention artistique dans la ville est importante, car elle donne un peu plus d’humanité à notre quotidien.

Dès lors, l’art serait-il un premier pas pour humaniser une ville inhumaine ? Ou est-ce juste un appel au secours pour le monstre urbain qu’est São Paulo ?

CC – Nous ne pouvons pas oublier les graffitis. Ils sont nés comme un cri de protestation et ils le sont, toujours. Est-ce du vandalisme ? Oui et non. Les graffitis sont aussi un cri. Prenons l’exemple de l’artiste Mag Magrela. Ses graffitis sont extrêmement expressifs et en disent long sur l’existence féminine. En fait, les femmes sont, généralement, des figures angoissées dans le monde du graffiti. Louise Bourgeois, une artiste douée de beaucoup d’angoisse en plus de son grand talent, a dit un jour : “l’art est une garantie de santé mentale”. Je pense qu’elle faisait référence non seulement à l’artiste, mais aussi au consommateur d’art. En ce sens, l’art urbain humanise non seulement la ville, mais aussi ses habitants.

MC – Un cri de protestation, je n’en doute pas. Nous nous sommes promenés et avons, souvent, vu cela dans toutes les régions de São Paulo. L’autre jour, par exemple, nous sommes allés photographier le Musée ouvert d’art urbain (MAAU). Tout près, nous avons trouvé Pardalone, un artiste à l’empreinte religieuse, qui graffitait l’image d’un habitant de la rue. Il y a, aussi, des cris de partout, comme ceux liés à l’environnement. Je dis à Claudia que la langue varie d’une région à l’autre.

Comment les gens peuvent-ils collaborer à cette quête d’art urbain ?

CC – Sur Facebook ou Instagram, les gens peuvent taguer le street art qu’ils ont découvert. Toutes les images soumises seront publiées. Il est, également, possible de nous les envoyer simplement via la boîte de réception sur Facebook. L’idée est de faire de l’œil de la rue SP une initiative de nombreuses personnes, une recherche collective.

MC – Nous voulons que l’œil de la rue SP soit celui de tout le monde, y compris que cela se passe dans d’autres villes. Il est impossible de suivre une ville comme São Paulo à deux. Ceux qui veulent s’y mettre peuvent utiliser des hashtags en fonction de la région de la ville : #olhonaruacentro, #olhonaruazo, #olhonaruazl, #olhonaruazn, #olhonaruazs e #olhonaruagrandesp.

Quels types d’art sont enregistrés dans eye on the street SP ?

MC – O olho na rua sp est né pour accueillir toutes sortes d’interventions artistiques provenant des rues de la ville. Bien sûr, les graffitis sont prépuissants. Par conséquent, le profil sur Instagram privilégie le graffiti. La page fan de Facebook n’accueille pas seulement d’autres types d’intervention, comme les collages, les peintures et tout un éventail de possibilités. Nous y faisons, également, connaître les événements liés à l’art urbain.

CC – Bientôt, dès que le site sera prêt, nous voulons interviewer des artistes, inviter des gens à écrire à son sujet et élargir le calendrier des événements de la ville.

Comment voyez-vous l’accueil du public pour ce type d’art ? Qui est le public le plus réceptif ?

MC – Je ne vois pas de résistance, je vois la ville de São Paulo de plus en plus colorée et reconnue à l’étranger, et nos artistes de plus en plus valorisés. L’autre jour, j’ai lu un article sur un Britannique qui a créé un circuit de graffitis autour de São Paulo, ce qui prouve qu’il n’y a plus de préjugés, mais du respect et de l’appréciation. Quant au public, je crois qu’il est diversifié.

CC – Personnellement, je ne pense pas que la dénomination “art de rue” soit parfaite, à moins qu’elle ne serve qu’à dire qu’il ne se trouve pas au musée – bien que de nombreux artistes de rue exposent dans des galeries importantes. C’est comme faire la différence entre “art” et “art populaire”. Est-ce moins de l’art parce que c’est une expression du peuple ? Non, n’est-ce pas ?

Quelle est votre mission avec olho na rua sp ? Avez-vous l’intention de continuer à être une page de fans ?

CC – La première mission est de s’amuser en faisant ce que l’on aime. Le second et le plus important est de promouvoir l’art de rue de São Paulo. Peu de gens le savent, mais il y a plusieurs artistes dans la ville qui sont très connus et reconnus en dehors du pays. Mais il en existe d’autres qui doivent encore être découvertes par un public plus large. Nous sommes très intéressés par la diversité.

MC – Ah, je veux m’amuser, photographier, connaître de nouveaux lieux de graffiti, promouvoir le street art et donner la parole à de nouveaux artistes. Je pense, aussi que, même sans prétention académique et systématisée, olho na rua sp finira par être un catalogue des arts qui passent dans la rue, car, s’ils passent dans la rue, ils ont, souvent, une vie courte.

Quand le projet a-t-il été lancé ? D’où est venue l’idée ?

CC – C’est presque une réponse à l’unisson, car nous aimons beaucoup photographier. J’ai tendance à produire des œuvres purement esthétiques ou presque abstraites. L’empreinte de Marco est, déjà, la photographie de rue. C’est lui qui a attiré mon attention sur cette possibilité, lui qui a détourné mon regard vers la rue. De là à esquisser quelque chose, avoir un profil sur instagram et une page de fans, il y avait un saut. Nous avons lancé le projet il y a un mois et nous avons, déjà, beaucoup de choses en tête. Nous voulons aller loin. Et nous sommes dans la rue pour ça.

MC – L’amour de la photographie et des arts en général nous unit. Nous en avons parlé et nous avons, souvent, pris des photos ensemble. Un jour, nous nous sommes promenés à la Galeria das Corujas et Claudia a remarqué que les photos que j’ai postées, ensuite, avaient plus de likes que les autres photos personnelles sur Instagram. On en parlait, et soudain, je regarde la rue, sp est apparu devant nous.

Tout savoir sur l’Aéropeinture : Un concept futuriste
Un artiste de Sao Paulo porte un regard sur la pollution