À la découverte de la nature guerrière

C’est Hong Kong qui a donné à Romain Jacquet-Lagreze l’envie de photographier. Il a grandi dans la banlieue de Paris et y a étudié les arts et le multimédia. En tant que graphiste, il a travaillé pendant quelques mois à Tokyo, au Japon. Pendant cette période, il a reçu plusieurs recommandations d’amis pour se rendre dans la ville chinoise. Ils ont tous dit la même chose : “vous devez connaître Hong Kong”.

Ému par tant d’indications, Jacquet-Lagreze a effectué sa première visite dans l’ancienne colonie britannique et actuel territoire chinois. Il a été immédiatement frappé par les immeubles imposants de cette ville bruyante et au rythme effréné. Au fil du temps, cet environnement est devenu sa source d’inspiration. “Hong Kong est si intense et visuellement impressionnante que j’ai commencé à avoir ce désir d’enregistrer la ville avec mon appareil photo”, explique le photographe.

Intitulée Wild Concrete, la dernière œuvre de Jacquet-Lagreze reflète la survie de la nature dans cet environnement urbain oppressant.

La lutte photographiée par le Français est très similaire aux manifestations actuelles pour l’élection directe du gouverneur de Hong Kong, que la dictature communiste chinoise, après de nombreuses manifestations et répressions, a promis pour 2017. C’est le choc d’un pouvoir énorme contre une force fragile, mais persistante et belle.

Dans les grandes villes, il est très fréquent que la nature soit opprimée par le béton armé et l’asphalte. Cependant, cette destruction constante n’est pas surmontée facilement, sans lutte. Il y a des arbres et des plantes qui insistent pour retrouver leur place au soleil.

Dans n’importe quelle grande métropole, les exemples de végétation luttant pour regagner lentement sa place sont monnaie courante. C’est cette bataille que cherche le regard de Jacquet-Lagreze.

Ses photographies se nourrissent de la force qui anime les manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong et du même étonnement qui a conduit le poète Carlos Drummond de Andrade à écrire les vers suivants :

– une fleur est née dans la rue ! Passent de loin, les trams, les bus, le fleuve d’acier de la circulation

– une fleur encore fanée, échappe à la police, traverse l’asphalte

– maintenir un silence complet, cesser toute activité

Je garantis qu’une fleur est née, C’est moche. Mais c’est une fleur. Il a percé l’asphalte, l’ennui, le dégoût et la haine.

Interview avec le photographe

Dans une interview exclusive, M. Jacquet-Lagreze explique comment est née l’idée de ce nouveau projet et ce que nous pouvons en tirer.

Question. Comment avez-vous commencé votre travail de photographe ?

Romain Jacquet-Lagreze: Jesuis né et j’ai grandi dans la banlieue de Paris. Là-bas, j’ai étudié le multimédia et les arts à l’université de l’Est parisien, je me suis donc davantage consacré à l’art visuel. Ce n’est que plus tard, lorsque je suis allé à Hong Kong, que j’ai commencé à aimer la photographie. J’ai été directement impressionné par cette ville. Les rues sont si animées et les bâtiments sont si hauts. Visuellement, il m’a impressionné plus que Tokyo.

En 2011, j’ai réalisé mon premier travail avec la photographie qui s’appelait Horizon vertical. Ce projet a été publié sous forme de livre photo en 2012. Depuis lors, j’ai eu la chance de voir mon travail publié dans diverses publications au Royaume-Uni, en France, en Espagne, aux États-Unis et en Chine.

Cette reconnaissance m’a donné envie de travailler davantage avec la photographie. Depuis 2013, je me consacre à mon deuxième grand projet intitulé Wild Concrete qui, en mai 2014, est également sorti sous forme de livre.

Comment est née l’idée de “Wild Concrete” ?

C’est arrivé par hasard. Un jour, j’ai photographié un de ces arbres qui poussait sur un bâtiment (photo ci-dessous à droite). À cette époque, je travaillais sur d’autres projets. Mais cet arbre a attiré mon attention. J’essayais de comprendre comment il pouvait grandir et vivre dans un tel endroit. Cela m’a donné envie d’explorer d’autres endroits pour voir s’il y avait d’autres arbres comme celui-ci à Hong Kong.

Quel message vouliez-vous faire passer avec ces photos ?

Avec ces images, je veux montrer la force et la détermination dont font preuve ces arbres et ces plantes pour survivre et prospérer même dans le béton, là où il n’est pas censé être.

À Hong Kong, la densité de population est élevée et il n’y a plus d’espace pour la nature. J’aime comment ces arbres trouvent leur propre chemin au cœur de la ville et revendiquent les murs des bâtiments. C’est comme s’ils étaient là pour nous rappeler que nous, les humains, devons coexister avec les arbres et ne pas les supprimer complètement. J’aime aussi beaucoup le concept de la vie organique qui se développe dans un matériau froid et mort comme le béton. C’est un beau contraste qui montre à quel point les plantes et les arbres peuvent être puissants et résilients.

Quel genre d’arbre peut pousser sur les bâtiments ?

La plupart des arbres sur mes photos sont des banians, qui sont une sorte de figuier. Dans la nature, ils commencent à pousser sur un autre arbre et le recouvrent lentement de leurs racines jusqu’à ce qu’ils prennent complètement le dessus. Ils sont très forts et très adaptables. C’est pourquoi ils peuvent prospérer même dans les conditions les plus difficiles, comme le béton.

Comment voyez-vous la relation entre la nature, la ville et les êtres humains ?

Les êtres humains tentent généralement de contrôler autant que possible la présence de la nature dans la ville, alors que la nature se définit par l’absence de contrôle. Les villes sont construites selon des plans qui prévoient peu d’espaces verts, même si le besoin de nature des êtres humains est reconnu.

Cette situation est assez paradoxale, c’est pourquoi j’aime voir la nature pousser dans des endroits où elle n’est pas autorisée et défier ainsi les êtres humains. C’est comme si elle nous disait : “Vous ne me laissez pas de place ? D’accord, je viendrai tout seul et je pousserai juste au-dessus de votre maison.”

Photographie en terme : composition de l’image avec la lumière
Trois méthodes différentes pour déclencher un flash