Comment nettoyer son capteur photo sans risque ?

Les appareils photo reflex et systèmes présentent de nombreux avantages par rapport aux appareils photo compacts, car ils peuvent s’adapter à presque toutes les situations, notamment grâce aux objectifs interchangeables. En outre, le capteur est souvent plus grand et offre donc une qualité d’image nettement supérieure et une plus grande liberté de création.

Toutefois, ce système ouvert présente un très grave inconvénient :

Chaque fois que vous retirez l’objectif, la poussière de l’air ambiant peut pénétrer dans le boîtier et se déposer sur le miroir, les panneaux latéraux ou l’écran de mise au point (s’il y en a un).

Tant que cette poussière se limite au miroir ou à l’écran de mise au point, elle est visible de manière inquiétante, mais n’a aucun effet sur la photo.

Cependant, chaque fois que vous déclenchez l’appareil photo, il y a une chance que la poussière se retrouve sur le filtre passe-bas situé devant le capteur en raison du mouvement du miroir et/ou de l’obturateur. Là, un désagrément mineur devient, dans des cas extrêmes, un problème grave.

Tant que vous photographiez avec une ouverture ouverte, vous ne verrez que de très grosses particules de poussière et des peluches. Cependant, à partir de l’ouverture 11, des particules de poussière plus petites deviennent également visibles, et à l’ouverture 22, vous penserez à un moment donné que quelqu’un a saupoudré le capteur. A l’œil nu, ces grains de poussière sont à peine visibles sur le filtre passe-bas.

Les longues focales avec autofocus peuvent également exacerber le problème, car certains objectifs agissent comme une pompe à air en raison du mouvement des lentilles : la poussière dans la boîte à miroir est remuée.

Même si vous n’avez qu’une seule lentille et que vous ne changez donc jamais de lentille, une fine abrasion dans la mécanique du miroir peut se détacher et produire une fine poussière.

Bien sûr, les taches de poussière isolées ne sont pas encore une raison de s’inquiéter, car les taches peuvent être simplement estampillées dans n’importe quel programme d’édition d’image. Toutefois, à long terme, il s’agit d’une procédure fastidieuse.

Le nettoyage intégré du capteur

Depuis quelques années, de nombreux fabricants proposent donc le nettoyage intégré des capteurs en standard sur la plupart des modèles.

Le filtre passe-bas situé devant le capteur d’images est ensuite souvent recouvert d’une couche spéciale anti-adhésive (Téflon). Des éléments piézoélectriques font vibrer le filtre passe-bas, la poussière qui adhère de manière lâche est enlevée, reste dans la boîte à miroir, mais y est liée par une surface adhésive spéciale.

Le nettoyage du capteur interne s’effectue en grande partie automatiquement et toujours lorsque l’on appuie sur l’interrupteur marche/arrêt. Sur certains modèles, ce processus peut également être effectué manuellement sous la forme d’un nettoyage intensif.

Les particules normales qui se trouvent dans l’air peuvent être bien éliminées par le nettoyage automatique. Au contraire, lorsque le capteur entre en contact avec du pollen (les pollens de bouleau et de tilleul sont notamment “très redoutés”), les particules de poussière qui y adhèrent ne peuvent plus être éliminées par la vibration pure.

Lancez méthodiquement le nettoyage interne (Canon)

Vous obtiendrez le meilleur résultat si vous laissez également à la poussière la possibilité de se détacher du capteur. Pendant le processus de nettoyage, vous devez donc tenir l’appareil photo avec la baïonnette dirigée vers le bas (comme si vous vouliez photographier le sol).

Le nettoyage manuel du capteur

Si une poussière tenace s’est déposée sur le capteur, même le meilleur nettoyage automatique n’y changera rien : la poussière reste là où elle est, maintenant, vous devez réfléchir à ce qu’il faut faire.

Tant qu’il y a un atelier à proximité et que l’appareil ne doit pas être envoyé pendant des semaines, vous devriez profiter de ce service. Mais quand c’est pour la deuxième fois, ça commence à coûter de l’argent. 30 à 60 € pour un nettoyage, se sont généralement des tarifs fixes, ce qui peut représenter une somme importante à long terme. Cependant, avec une main ferme et les bons outils, vous pouvez également nettoyer le capteur vous-même.

Cinq méthodes pour le nettoyage manuel des capteurs

En fait, il existe différentes procédures pour nettoyer le capteur : Aspiration, soufflage, brossage à sec, essuyage à sec et essuyage humide. Les méthodes sont très différentes et les résultats aussi :

1. Nettoyage par aspiration

Nous avons parfois lu sur les forums une méthode consistant à simplement aspirer la poussière.

Les aspirateurs domestiques sont beaucoup trop puissants, même à puissance réduite, et vous risquez d’endommager définitivement les composants mécaniques sensibles. Si vous voulez vraiment le tester, prenez un aspirateur pour clavier qui est alimenté par USB : La puissance d’aspiration est faible, mais suffisante pour éliminer la poussière en vrac.

Cependant, vous ne pourrez pas éliminer la poussière qui adhère statiquement au capteur avec de tels aspirateurs, ni le pollen. Les pollens de tilleul et de bouleau sont particulièrement tenaces et nombreux.

Notre conseil : Bas les pattes !

2. Nettoyage par soufflage

Le soufflage est beaucoup plus efficace que l’aspiration, si vous le faites correctement.

Pour ce faire, vous devez tenir l’ouverture de l’appareil photo vers le bas lorsque vous soufflez, afin que la poussière détachée puisse également tomber. N’utilisez jamais d’appareils électriques à air comprimé, car l’air comprimé contient souvent de petites traces d’huile et ce serait un désastre pour le capteur.

L’air comprimé industriel en boîte contient également de l’eau ou de l’huile résiduelle.

La solution la plus pratique s’est avérée être les petits soufflets en caoutchouc (lavements) de la pharmacie, qui y sont disponibles pour quelques euros. Dans tous les cas, essayez le soufflet sur un miroir propre avant de l’utiliser pour la première fois afin de vous assurer qu’il ne contient pas de talc, qui se répandrait sur le miroir.

Le soufflage est la méthode la plus rapide et la plus efficace, surtout en déplacement, et a pour effet secondaire positif que les particules de poussière sur les lentilles du capteur autofocus incrustées dans le plancher de la chambre du miroir sont également éliminées au cours de la même étape de travail. Une défaillance partielle des champs de mesure autofocus individuels est souvent causée par de telles particules de poussière.

Notre conseil : Convient également aux débutants.

3. Nettoyage par brossage

Le soufflage ne peut éliminer qu’une quantité limitée de poussière adhérente du capteur. Une méthode complémentaire consiste donc à brosser à sec le capteur à l’aide d’une brosse très douce et chargée en électricité statique, ce qui permet non seulement de détacher la poussière, mais aussi de l’attacher à la brosse elle-même et donc de l’éliminer de l’appareil.

Dans les accessoires photo, vous trouverez des pinceaux spéciaux qui coûtent entre 60 et 80 €. Vous pouvez également acheter une grande brosse synthétique souple (n’utilisez jamais de poils d’animaux !) pour 5 à 10 €. Vous devez laver et sécher soigneusement cette brosse avant de l’utiliser.

Là encore, testez-le sur un miroir propre pour vous assurer qu’il ne reste pas d’amidon dans le pinceau (l’amidon sert à façonner l’extrémité du pinceau pour la vente).

Le reste est facile : Maintenez l’ouverture vers le bas et passez très soigneusement les poils de la brosse sur le capteur. Le brossage se fait toujours dans une seule direction. Après chaque utilisation, vous devez nettoyer soigneusement la brosse, puis la ranger dans un endroit à l’abri de la poussière.

Notre conseil : Convient sous certaines conditions

4. Essuyer avec un chiffon sec

Le capteur peut également être nettoyé avec des remèdes maison.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une cuillère à glace en plastique propre et inutilisée et d’un chiffon pour nettoyer les lentilles. Placez le chiffon de nettoyage autour de la cuillère, puis essuyez doucement le capteur.

Cette méthode fonctionne réellement, mais nécessite un chiffon de nettoyage des lentilles absolument propre. Si un seul grain de sable se retrouve dans le chiffon de nettoyage de l’objectif, il peut rayer le filtre passe-bas dans le pire des cas. Il s’agirait d’une perte économique totale de l’appareil, car le filtre passe-bas devrait être remplacé.

Notre conseil : Risqué

5. Essuyer avec un chiffon humide

Attention : Le nettoyage manuel du capteur se fait à vos risques et périls ! Si vous nettoyez vous-même le capteur et que vous endommagez l’obturateur ou le miroir au cours de cette opération, vous annulez la garantie. Par conséquent, ne nettoyez le capteur vous-même que si vous êtes sûr de pouvoir le faire.

La méthode la plus courante est la combinaison d’un essuyage sur une large surface et d’un solvant qui s’évapore sans laisser de résidu. Les outils utilisés pour cela varient beaucoup, de nombreux photographes utilisent des cotons-tiges avec de l’isopropanol.

Pour les cotons-tiges, seuls les “Q-Tips” doivent être utilisés, car ils sont étroitement enroulés et ne se désintègrent pas sur le capteur. L’isopropanol est disponible en pharmacie et doit être très pur. Malheureusement, il fixe l’eau de l’air à long terme et ne s’évapore plus sans laisser de résidus. Les traces qui en résultent lors du nettoyage sont difficiles à éliminer.

Le coton-tige n’a qu’une petite surface de contact. Si vous n’êtes pas très précis, vous allez étaler la poussière sur le capteur au lieu de l’enlever.

Les kits de la société “Micro-Tools” se sont avérés être la solution la plus pratique.

Cette société propose ce qu’on appelle des murs de capteurs, de petites spatules dont la largeur est adaptée au type de capteur concerné et qui sont enveloppées d’un chiffon non pelucheux.

Il y a ensuite le liquide de nettoyage correspondant. Le mur de capteurs simple et préemballé est assez cher, il coûte environ 7 € par pièce. Il est plus économique d’acheter un ensemble prêt à l’emploi, composé d’une paroi de détection, du liquide de nettoyage et de 100 lingettes emballées de salle blanche, puis de plier les lingettes soi-même.

Un tel kit coûte environ 20 € et suffit pour plus de nettoyages qu’un appareil photo n’en aura besoin pendant toute sa vie. L’ensemble est accompagné d’instructions sur la façon de plier et de fixer les chiffons autour de la spatule.

Si vous n’avez plus de liquide, vous pouvez en acheter pour peu d’argent en pharmacie (c’est du méthanol). Mais attention : le méthanol est toxique ! Vous devrez expliquer au pharmacien à quoi sert le méthanol et on vous expliquera comment le manipuler en toute sécurité.

Vous disposez alors d’un agent nettoyant qui s’évapore sans laisser de résidu.

Effectuer le nettoyage du capteur par voie humide

L’appareil photo doit être connecté à l’alimentation avec un adaptateur secteur ou avoir des piles fraîchement chargées. En effet, s’il tombe soudainement en panne d’électricité pendant le nettoyage, le miroir risque de basculer et de se briser sur le dispositif de nettoyage. L’appareil restera dans cet état jusqu’à ce qu’il soit mis hors tension.

Vous répétez ensuite ce processus une ou deux fois. Veuillez accorder une attention particulière aux bords et aux coins.

Vérifiez ensuite le succès du nettoyage à la fin. Remettez l’objectif en place et prenez une photo d’essai devant un mur blanc (mise au point manuelle, hors foyer, ouverture 22). Vérifiez l’image pour voir si la poussière est toujours présente, en particulier sur les bords de l’image.

Notre conseil : La méthode la plus propre et la meilleure, si vous n’avez pas deux mains gauches.

Deux méthodes de nettoyage inadaptées

Vous rencontrerez sans cesse des méthodes de nettoyage qui semblent prometteuses, la plupart d’entre eux, malheureusement, sont inefficaces. Certaines de ces méthodes de nettoyage du capteur peuvent même endommager l’appareil photo.

1. Le ruban adhésif

Dans certains forums de photos, vous trouverez l’astuce consistant à fixer le capteur à l’aide d’un ruban adhésif, puis à le retirer avec précaution. Il est conseillé d’utiliser uniquement le “Scotch Magictape”, car il peut être retiré sans laisser de résidus.

Mais cette affirmation appartient au domaine des fables.

Les filtres situés devant le capteur sont des verres de haute précision et à revêtement spécial. Même des résidus à peine mesurables de l’ordre de quelques micromètres modifient les propriétés optiques du capteur. De plus, il est assez difficile de mettre le ruban adhésif sur le capteur et de le retirer.

C’est aussi dangereux : La mécanique du miroir et l’obturateur sont rapidement endommagés, car les doigts comme outils sont un peu trop rudes pour la mécanique fine d’un appareil photo numérique.

Notre conseil : Le ruban adhésif est bon pour emballer les cadeaux, mais pas pour la poussière.

2. Liquide de nettoyage pour disques vinyles

Certains se souviennent peut-être du liquide pour nettoyer à l’époque les disques vinyles, un liquide quelque peu visqueux qui durcit en un film après application et qui peut ensuite être pelé. Le film disco était utilisé pour nettoyer les disques afin d’enlever la poussière des sillons.

Cette méthode, correctement appliquée, semble très bien fonctionner.

Le fabricant annonce que le film peut être complètement dissous dans l’eau.

Mais avant de tester cette méthode, vous devez tenir compte de quelques éléments. Pensez à ce qui se passe si le film du disque coule et se retrouve sur le mécanisme de l’obturateur ou du miroir ou même atteint le capteur de l’autofocus.

Si, en plus, il reste un petit résidu sur le capteur parce que le film n’a pas couvert uniformément, vous avez un vrai problème : avec quel outil voulez-vous enlever des résidus millimétriques ? Vous ne voulez probablement pas travailler avec de l’eau dans votre appareil photo.

Notre conseil : Verser du plastique liquide dans l’appareil photo nous fait peur.

Entreprises : 4 conseils pour un shooting photo corporate réussi
Photographie en terme : composition de l’image avec la lumière