Quand l’expressionnisme veut montrer toute la vulnérabilité de l’être humain

L’expressionnisme est un mouvement artistique fortement individualiste. L’artiste exprime ses émotions et sa subjectivité. Marqué par l’empreinte des événement malheureux de la société, cette forme d’art arrive à faire associer les émotions négatives avec le beau.

Qu’est-ce que l’expressionnisme ?

L’expressionnisme est un mouvement artistique apparu en Europe du Nord au début du XXème siècle. L’Allemagne a été le pays le plus concerné au départ avant que le courant artistique n’atteigne les autres pays européens. Plusieurs domaines artistiques ont été touché : l’architecture, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, la littérature, la peinture, etc. Le régime Nazi s’opposait fortement à l’expressionnisme et le désignait comme un « art dégénéré ». Le but de l’expressionnisme est de montrer une conception de la réalité par l’artiste pour provoquer chez les spectateurs des réactions émotionnelles. Ces émotions sont souvent de la tristesse, de l’angoisse ou la peur, autrement dit des émotions qui sont classifiées de négatives. Cette manière de s’exprimer est sans doute étroitement liée à la vision pessimiste des expressionnistes de l’époque, qui vivaient constamment sous la menace de la Première Guerre mondiale.

L’avènement de la photographie a aidé le mouvement à bondir

L’émergence de la photographie joue un rôle important dans les origines de l’expressionnisme. En effet, la photographie se montre logiquement comme une manière plus exacte de représenter la réalité. En tout cas, plus exact que la peinture. Cela a provoqué chez les artistes-peintres de l’époque une envie d’entamer des explorations esthétiques nouvelles qui seront constatés par les spectateurs dans leurs œuvres.

Les origines de l’expressionnisme

En analysant quelques œuvres de peintres du moyen-âge, il en ressort des tendances expressionnistes bien avant le XXe siècle. Dans le XVe et le XVIe siècle, il existe entre autres Le Greco et Matthias Grünewald. Seulement, la faible quantité des œuvres ayant ce penchant au moyen-âge ne suffit pas à considérer cela comme un mouvement. La première critique d’art à employer le terme « expressionnisme » est apparu seulement en 1908, dans un article de Wilhelm Worringer. La menace de la Première Guerre mondiale a été comme un déclencheur d’un désir profond de se dégager des règles de l’art de l’époque. Les peintres expressionnistes ne montraient pas leurs visions objectives de la réalité, mais plutôt leurs ressentiments et leurs pessimismes. C’est comme si, par le moyen de l’art, ils voulaient se soulager en invitant les spectateurs à se joindre à eux dans leur fatalisme.

La fascination des machines et de la vitesse dans le futurisme
Dans l’inconscient et l’interprétation des rêves du surréalisme