Publié le : 18 mai 20215 mins de lecture

Ils sont unis dans une étreinte enveloppante. C’est un homme et une femme debout. Ils portent de grandes tuniques décorées de petites figures. Il s’agit de l’œuvre de Gustav Klimt intitulée Embrace (Die Umarmung) ou l’Achèvement. L’Étreinte de Klimt a été créée entre 1905 et 1909. Il s’agit d’une technique mixte sur papier mesurant 194×121 centimètres. Le tableau est conservé à Vienne au MAK – Museum Für Angewandte Kunst (en italien : Museo delle arti applicate).

L’étreinte de Klimt

L’œuvre a été commandée au peintre autrichien, né le 14 juillet 1862 à Baumgarten, dans la banlieue de Vienne pour décorer la frise du Palais Stoclet à Bruxelles. L’Étreinte de Klimt fait partie d’un triptyque composé de trois panneaux qui sont consacrés à la série Arbre de vie :

D’un baiser à un câlin

Sur le même thème de l’étreinte, Klimt réalise Le Baiser (1907-1908). Une huile sur toile de 180×180 cm, conservée à Vienne à la Österreichische Galerie Belvedere (Galerie autrichienne Belvedere). Un tableau très connu, symbole de la période sécessionniste. Ici aussi, il utilise le fond doré, tandis qu’un homme et une femme s’embrassent au milieu d’un espace abstrait.

En plein style sécessionniste (de Sécession, mouvement artistique caractérisé par une forte sensualité, qui n’est autre que le nom d’Art nouveau qui lui a été donné en Autriche), Klimt qui fait partie des fondateurs à Vienne de la Sécession (fondée le 3 avril 1897), réalise L’Étreinte, une œuvre caractérisée par l’utilisation de feuilles d’or dans le fond des tableaux.

L’artiste a été inspiré par un voyage à Ravenne en 1903. Après avoir visité les mosaïques byzantines des églises de Ravenne, il a été séduit par les tesselles d’or des mosaïques.

Klimt a mené une vie modeste et, à l’exception de quelques courts voyages à l’étranger, n’a jamais quitté sa Vienne natale.

L’étreinte : description et analyse de l’œuvre

Les thèmes de Gustav Klimt sont toujours figuratifs et classiques, mais aussi avec un certain degré d’abstraction. Les figures représentées par l’artiste manquent délibérément de profondeur picturale.

La peinture de l’artiste représente les deux personnages qui se détachent sur un fond bidimensionnel, qui est décoré de spirales.

Les grandes tuniques portées par les deux protagonistes de l’œuvre comportent de nombreuses décorations. Sur celui que porte l’homme, on trouve de grandes décorations géométriques dans des tons variés de brun, de noir et de blanc. Enfin, il y a des inserts rouges, verts et jaunes pour égayer le tissu des tuniques.

L’arrière-plan, quant à lui, est fait de feuilles d’or, ce qui donne de la brillance à l’œuvre de Klimt.

L’espace est marqué par la ligne entre le

le sol et l’arrière-plan, tandis que la perspective est absente.

L’artiste a rarement l’habitude de commenter ses œuvres, il est donc souvent difficile de retrouver le sens de ses peintures. Bien que les thèmes soient assez évidents, comme, par exemple, le sexe. C’est un thème qui est traité par le peintre de manière passionnée.

Klimt et les femmes

Ses œuvres reflètent la vision que Klimt avait des femmes : de belles idoles, des mères tendres, mais pas seulement. Également des prédateurs, capables d’utiliser leur charme comme un piège fatal. Les femmes de Klimt sont toujours représentées avec une telle élégance qu’elles ne sont jamais vulgaires.

Et Klimt est l’artiste le plus aimé des femmes. Peut-être précisément parce qu’il a réussi à exalter la figure féminine. Voir aussi les analyses d’autres peintures intenses telles que : Les trois âges de la femme, Nuda Veritas, Espoir I et II, Judith I.

Ainsi, surmontant les interdictions et s’opposant aux idées conservatrices de son époque, il a produit des peintures érotiques et symboliques ayant pour thème les rêves, les espoirs, les peurs et les passions de l’homme.